Les implants dentaires sont-ils pour la vie?

FAQ sur les symptômes d’un implant problématique et comment éviter les difficultés éventuelles

Dental Implants in MontrealLe développement des implants dentaires fut un évènement marquant pour les patients cherchant une solution durable au remplacement le plus naturel possible d’une dent perdue . Comme nous l’avons déjà mentionné avant sur notre blogue, grâce aux progrès en recherche dentaire, le traitement d’implant dentaire est maintenant un moyen populaire pour traiter la perte de dent à travers différents groupes d’âge. Aux États-Unis seulement, plus de 3 millions de patients ont eu des implants avec des traitements se produisant à un taux d’environ 500,000 par année.[ii]

Même si les implants dentaires ont un taux de réussite de plus de 95%, le présent article vise à informer les patients des symptômes signalant un problème potentiel avec un implant dentaire et comment éviter ces problèmes dès le début et tout au long du maintient de son implant dentaire.

Quel est le taux de réussite des implants dentaires?

Dans la grande majorité des cas, la pose d’implant se relève être une réussite, et lorsqu’ils sont placés et maintenus correctement, les implants résisteront au passage du temps. Toutefois, la pose d’un implant dentaire pourrait échouée dans certaines situations comme lorsqu’une planification de cas est inadéquate ou en raison de facteurs de risques qui devraient être évalués avant la pose de l’implant.

Les taux de réussite des poses d’implants augmentent grâce à une sélection appropriée des cas et par une identification des facteurs de risques avant la pose de l’implant. Il s’agit d’étapes importantes prises par votre chirurgien buccalet par votre dentiste.

Certains des facteurs de risque, influençant les possibilités d’obtenir un traitement par implant, incluent :

  • L’état de votre hygiène buccale et particulièrement celui de vos gencives

  • D’avoir une structure osseuse inadéquate afin de supporter les implants

  • D’autres facteurs et conditions de style de vie, tels que fumer ou avoir le diabète

Pour plus d’information sur les implants dentaires, ou afin de déterminer si vous êtes un candidat pour un tel traitement, veuillez lire notre billet Il vous manque une dent? Êtes-vous un candidat pour un implant dentaire?

De plus, selon le Dr. Antoine Chehade, il est important que “votre dentiste ou chirurgien buccal vérifie l’occlusion, ou le point de contact entre vos mâchoires, et l’intensité de la force exercée sur vos dents et vos implants. »

Quels sont les signes d’un problème potentiel?

Les Implants Dentaires et les dents naturellesComment identifier un implant courant un risque? Prenons quelques minutes afin d’énumérer les symptômes les plus communs et ce qui peut être fait pour s’en occuper.

Le Dr. Antoine Chehade explique que « le plus souvent, les patients ne peuvent pas détecter au premier stade l’échec d’un implant. Le dépistage précoce s’effectue le mieux dans le cadre de suivis annuels chez le dentiste. Les rendez-vous réguliers chez le dentiste sont de la plus haute importance en cas de reconstruction de la mâchoire par greffe osseuse. Toutefois, l’un des premiers signes qu’il pourrait y avoir un problème est le saignement spontané des gencives autour des implants; les patients devraient alors aussitôt aviser leur dentiste ou chirurgien buccal. »

D’autres symptômes communs suggérant l’échec d’un implant sont la mobilité de l’implant, de la douleur, de l’infection, des saignements excessifs, enflure/irritation et de la sensibilité.

Comment identifier l’échec d’un implant et comment le prévenir?

Comme vous pouvez vous y attendre, toute sensation qu’un implant se desserre, devient mobile ou la capacité de pouvoir bouger un implant même très légèrement est préoccupant. On appelle cela l’échec de l’ostéointégration, qui se produit généralement dans les premiers mois suivant la pose de l’implant. Les implants devraient être aussi solides que des dents normales, toute situation contraire devrait être mentionnée au chirurgien buccal . Une radiographie devrait pouvoir détecter les cas de perte osseuse progressive.

Il est naturel de ressentir un certain niveau d’inconfort, d’enflure/irritation et de sensibilité suite à une chirurgie. Toutefois, l’intensité et la durée de ces inconforts sont importantes. La douleur a-t-elle commencé dès le premier jour et continué à la même intensité, ou a-t-elle empiré? La douleur a-t-elle seulement commencé plus tard? Il pourrait y avoir un problème avec l’implant si la douleur s’intensifie ou si elle apparaît plus tard.

Ces mêmes questions se posent en ce qui concerne l’enflure et la sensibilité. Si de l’inflammation semble être particulièrement rouge et si les gencives sont enflées, il pourrait y avoir de l’infection. L’infection la plus commune est la péri-implantite, une maladie parodontale développée lorsque des bactéries pénètrent dans cette région sensible en raison d’une mauvaise hygiène dentaire.

Pour en revenir brièvement sur les questions concernant la douleur, si la douleur est chronique et est accompagnée d’une sensation de picotement ou d’engourdissement, l’implant pourrait être posé trop près du nerf, une autre cause d’un échec d’implant.

Actions à prendre si vous soupçonnez l’échec d’un implant

Premièrement, on ne dira jamais assez qu’agir rapidement est la meilleure marche à suivre puisque cela peut considérablement réduire le risque de complications. En tant que patient, il est important de suivre le plan de de suivi et les consignes d’hygiènes à la lettre.

Si décelé dès le début, un implant dentaire peut parfois être sauvé en reconstituant le tissu des gencives et l’os, afin d’offrir à l’implant un support plus solide.

Il est probable qu’en cas de péri-implantite l’implant soit retiré. Le fait de fumer, d’avoir le diabète et de mauvaises habitudes d’hygiène buccale sont les causes principales de cette maladie.

Dans tous les cas nécessitant le retrait d’un implant, la région affectée aura besoin de temps pour guérir avant d’essayer une seconde tentative d’implant. La période de guérison peut varier entre chaque patient, mais les périodes d’un an ne sont pas rares.

L’échec de l’implant

L’échec des traitements les plus avancés peut survenir dans tous domaines de médecine. Une préparation adéquate et le respect des instructions des suivis post-opératoires permettent de minimiser les échecs. Plusieurs tests aident à diagnostiquer les conditions mentionnées mais tout commence par l’écoute de son corps; si quelque chose semble anormal, il y a de bonnes chances que ce soit le cas. La meilleure pratique est alors de consulter un dentiste dès que possible.